Tout savoir pour votre premier investissement locatif meublé

Rédigé par Stéphanie - - Aucun commentaire

Si vous vous lancez dans la location meublée, soyez vigilant avant de signer tout contrat. Bien que ce soit une affaire très intéressante, mieux vaut comprendre certaines règles d’usage.


Des règles particulières pour louer un bien meublé

Un bien meublé est un logement destiné pour la location et qui est déjà équipé de meubles pour permettre à son occupant de vivre dans le besoin. Contrairement à la location nue qui fait l’objet d’une réglementation stricte, la location meublée est peu contraignante pour le bailleur.

 

La loi lui impose bien de respecter certaines règles lorsqu’il loue habituellement plus de quatre logements de cette nature mais, hormis ce cas, il dispose d’une grande liberté pour établir les conditions de la location. Et ce sont alors les règles souples sur le contrat de louage qui s’appliquent.

Demandez un bail écrit

Conséquence logique : pour asseoir ses droits et limiter les risques de litige, le propriétaire doit toujours établir un bail écrit, même si ce n’est pas obligatoire, et à en lire attentivement les clauses pour éviter des malentendus.

Certaines mentions sont en effet à examiner tout particulièrement par les deux parties :

- La description du logement : ce dernier doit comporter suffisamment de meubles et objets mobiliers pour permettre au locataire de vivre normalement avec leurs effets personnels. À défaut, le bail pourrait être requalifié par le juge, et soumis aux dispositions de la loi, plus la protection du locataire.

- La durée de la location : lorsqu’il est établi pour une durée indéterminée, le bail prend fin à l’expiration du terme fixé dans le contrat sans qu’il soit nécessaire de donner congé.

Cependant, veillez à ce que le contrat comporte une clause de résiliation anticipée, faute de quoi, vous pouvez saisir le locataire pour toute la durée du bail. Plus rarement, le contrat est établi pour une durée indéterminée ; dans ce cas, vous comme le locataire peuvent y mettre fin à tout moment, en respectant le préavis fixé dans le contrat.

Les autres clauses du contrat de bail

D’autres articles doivent figurer dans le contrat tel que le montant du loyer et des charges, et la fixation du dépôt de garantie.

- Il faut préciser le montant du loyer, s’il est payable d’avance ou à terme échu, et si besoin de rajouter une clause d’indexation. En général, une augmentation ne doit pas se faire en cours de bail, mais en cas de fluctuation économique, il y a lieu de réviser les loyers. Concernant les charges locatives, prévoyez le versement de provisions avec des régularisations périodiques sur présentation de justificatifs à l’évaluation forfaitaire, source de litiges.

- Le montant du dépôt de garantie destiné à protéger le bailleur en cas d’impayés ou de dégradations, il est généralement égal à deux mois de loyer sans les charges, mais peut être plus important si le logement est très confortablement meublé. Pour prévenir tout abus, faites préciser dans le contrat ses modalités de restitution en fin de bail (par exemple, dans les deux mois suivant la remise des clés).

- Les modalités de résiliation : le contrat peut prévoir des délais de préavis à respecter, et des formes particulières (lettre recommandée avec AR ou signification d’huissier) à bien connaître.

Dans le contrat, le bailleur peut insérer des clauses lui permettant d’obtenir la résiliation du bail par le juge en cas de non-paiement du locataire. Ou bien, si le propriétaire n’a pas souscrit de contrat d’assurance garantissant la responsabilité civile en cas de sinistre.

Réclamez un état des lieux

Bien que cela ne soit pas obligatoire, vous avez intérêt à faire figurer en annexe au contrat un état des lieux, ainsi qu’un inventaire du mobilier. Avant de signer les documents, mentionnez tous les défauts relatifs au logement et objets le garnissant. Cette précaution donnera droit à des réparations, pour des dommages existants.

 

Tout savoir sur un investissement immobilier

Rédigé par Stéphanie - - Aucun commentaire

Il existe plusieurs placements possibles pour faire un investissement dans le monde d’aujourd’hui. Vous pouvez faire des investissements en bourse comme des investissements en assurances vie. Parmi ces derniers, c’est l’investissement immobilier qui reste le plus prisé.


Dans les quelques lignes suivantes, découvrez alors les avantages de faire un investissement immobilier. Découvrez également les étapes et le financement d’un investissement immobilier.

Quels avantages l’investissement immobilier ?

Si vous comptez faire un investissement, c’est l’investissement immobilier Flayosc qui reste le plus recommandé. Faire un investissement immobilier propose en effet une panoplie d’avantages pour toutes personnes intéressées. Déjà, investir dans l’immobilier à Flayosc est prometteur. La qualité de vie y est au rendez-vous qu’il fait bon d’y vivre. Tous les secteurs d’activités qui sont nécessaires au quotidien sont présents dans cette ville. On dispose du secteur commercial, du secteur éducatif, du secteur de loisirs, du secteur de transports, du secteur sanitaire, etc.  Par ailleurs, investir dans un bien immobilier est une valeur sûre. C’est réellement l’investissement le plus rentable de tous. Si vous faites un achat de bien immobilier pour vous-même, vous allez rajouter dans votre patrimoine personnel un élément valeureux. Vous pouvez y habiter ou en faire votre résidence secondaire. Si vous faites un achat de bien immobilier pour sa location, vous pouvez en tirer une bonne somme d’argent tous les mois. La location peut être saisonnière pour les vacanciers ou aussi pour les étudiants avec des meubles ou sans.

Comment faire l’investissement immobilier ?

Pour faire un investissement immobilier, il existe diverses étapes à ne surtout pas rater. Au premier abord, il faut définir vos projets immobiliers. C’est la première étape incontournable, car savoir ce que vous voulez faire permet d’avancer rapidement et efficacement. L’intéressé est donc appelé à déterminer ses projets d’investissement avant de se lancer. L’investisseur peut faire un investissement sur un immobilier neuf. Le bien vient alors d’être construit et mis à la disposition des investisseurs. L’investisseur peut également faire un investissement sur un immobilier usagé. Le bien sera déjà construit sur un terrain. L’investisseur aura donc le choix sur ce qu’il va faire de ce bien. Il peut garder le bien immobilier tel qu’il a été vendu. Il peut aussi restaurer le bien immobilier pour le rendre comme neuf. Par ailleurs, faire un investissement immobilier n’est pas chose aisée. Vous pourrez alors faire appel à un professionnel pour vous aider à réussir votre investissement immobilier comme il faut. C’est un spécialiste qui connait toutes les techniques et les stratégies pour faire des bons investissements.

Quel financement l’investissement immobilier ?

Des financements sont à prévoir quand il est question de faire un investissement immobilier. En effet, ce dernier nécessite pour la plupart une grande somme d’argent. Il existe différentes sources d’argent. Il peut s’agir de vos apports personnels. Il peut également s’agir d’un apport suite à emprunt venant d’un établissement financier comme la banque. Il peut par ailleurs s’agir d’un apport venant d’autres investisseurs avec lesquels vous allez faire un partenariat. Pour connaitre le budget exact à préparer pour un investissement immobilier, il faut réaliser un devis. Le professionnel à vos côtés pourra mettre  à votre connaissance le coût de l’investissement immobilier Flayosc qui vous intéresse.

Les principales missions d’une agence immobilière

Rédigé par Stéphanie - - Aucun commentaire

En principe, la vente immobilière est du ressort de son propriétaire. Il en est de même pour la vente. Toutes les directives viennent de lui même s’il est obligé de faire intervenir une tierce personne. Le marché de l’immobilier est une plateforme commerciale qui grouille d’acteurs et de professionnels spécialisés dans une mission quelconque.


Pour mieux réussir toutefois dans ces différentes transactions, il est important de faire appel à ces professionnels, en la personne des agents immobiliers. Ce sont eux qui se chargent de l’accomplissement de la mission qui leur est confiée. En effet, leurs missions sont multiples et ils en sont fiers ; d’ailleurs, c’est un métier d’avenir et tout aussi prometteur. Et de quoi s’occupe donc une agence immobilière ?

La prospection de clients pour les vendeurs

Toutes les agences immobilières savent pertinemment que les acheteurs et les vendeurs sont leurs clients potentiels. Elles mettent en œuvre des bases de données incluant la liste des biens mis en vente. Cette attitude est le propre de l’agence immobilière Grimaud  qui inclut également dans la base de données tous les détails et les critères concernant l’objet mis en vente. C’est grâce à cette méthode de travail des agences immobilières que les clients, qu’ils soient acheteurs ou vendeurs, se retrouvent sans la moindre difficulté dans leur prospection respective. De plus, ces professionnels de l’immobilier orientent leurs clients suivant leur disponibilité financière, surtout pour les candidats acheteurs. La transaction a plus de chance de réussir quand on a à faire avec les agences immobilières. Ainsi, la vente peut ne pas perdre qu’une infime partie des avantages en cas de difficulté.

Une agence immobilière pour sécuriser la vente

En tant que spécialiste de la question de transaction immobilière, l’agence mobilise tous ses atouts pour être le garant de la réussite de la vente. Elle s’implique dans la rédaction du compromis de vente comme le fait savoir l’agence immobilière Grimaud au cours de la négociation. En outre, elle effectue la séquestration d’un dépôt de vente en cas de désistement de l’acheteur. Or, ce dépôt a pu obtenir l’accord des banques. En tout cas, le notaire se charge de la compensation du dépôt de garantie. En outre, comme il s’agit d’une transaction immobilière, il doit y avoir pas mal d’échanges d’idées, d’opinions. Entre l’acquéreur, l’acheteur et le notaire, il doit y avoir un temps fou à dépenser. Il revient à l’agence de mettre en bonne relation ces entités de façon à établir une bonne entente commerciale entre eux.

Un professionnel garant de la réussite de la vente

Si une agence immobilière travaille d’arrache-pied pour la réussite de la transaction, c’est qu’elle bénéficie d’un certain avantage en termes de commissions. Mais la somme ne peut être versée tant que la vente ne soit pas finalisée. C’est pourquoi faire réussir le projet du client est une des tâches que l’agence immobilière entend bien finir pour de bon. D’autres professionnels estiment que si la commission est payée avant la fin du projet, cela motiverait l’agent immobilier à investir davantage dans sa mission. En tant que commercial de profession, il est capable d’estimer la valeur de la commission à percevoir par rapport à la valeur du bien mis en vente. Il est donc important de proposer une commission vis-à-vis de la catégorie où se trouve le bien immobilier.

Les avantages et les inconvénients du réméré immobilier

Rédigé par Stéphanie - - Aucun commentaire

Le secteur de l’immobilier ne cesse d’évoluer, et ce, quel que soit le pays. En France, il existe différentes transactions immobilières qui sont destinées aux acteurs. Dans le cas de la cession immobilière, diverses options sont proposées. On peut par exemple citer : la vente aux enchères, la vente en viager, l’échange des biens et la vente à réméré. Malgré ses nombreux avantages, cette dernière est la moins utilisée. Vous trouverez dans cet article, les spécificités de cette transaction immobilière. 


Comprendre la vente à réméré

Avant de se lancer dans ce procédé, il faut commencer par se renseigner sur les spécificités de cette vente en question. La vente à réméré est un acte juridique qui permet à un propriétaire d’obtenir rapidement de la liquidité. L’acte est établi par un notaire et permet le rachat d’un bien immobilier par le vendeur après sa vente. La durée de la vente est de 5 ans. Une fois ce délai passé, le propriétaire se doit de racheter son bien au risque de le perdre définitivement. Il faut savoir que durant ces 5 années, il pourra continuer à occuper son bien mais payera un loyer auprès de l’acheteur. Le réméré reste une solution efficace pour les propriétaires de biens immobiliers qui font face à de nombreuses difficultés financières car il permet de bénéficier de liquidité dans l’immédiat. La procédure est encadrée par les articles 1659 conformément au Code civil. 

Les avantages du réméré immobilier

Le réméré est considéré comme étant une méthode de financement. Il présente un certain nombre d’avantages comme :

- une trésorerie disponible dans l’immédiat

- une possibilité de rachat du mobilier

- un règlement rapide et efficace des dettes

- une stabilisation financière, le temps de la vente, le propriétaire pourra améliorer ses conditions financières.

Grâce à cette vente, vous avez également la possibilité de cacher vos problèmes financiers à votre entourage. Comme vous continuerez à occuper votre maison, vos familles et vos voisins ne se poseront pas de question sur votre situation et ne vous pointeront donc pas du doigt. De plus, si le vendeur se trouve dans l’incapacité de racheter le bien immobilier une fois le délai passé, il pourra toujours négocier un bail locatif auprès de l’acheteur. Aussi, il ne sera pas dans l’obligation de déménager. 
Cette opération vous viendra également en aide pendant une vente aux enchères ou une saisie judiciaire.

Les inconvénients du réméré immobilier 

Malgré les avantages considérables de la vente à réméré, sachez que c’est également une opération qui présente des risques. Le principal inconvénient, c’est l’incapacité pour le vendeur de racheter son bien dans les délais convenus au préalable lors de la vente. En général, 12 % du prix du bien est engagé dans cette procédure. Par conséquent, si le vendeur n’arrive pas à acheter son bien, il perdra son dépôt de garantie. Dans le cas où il serait également dans l’impossibilité de payer son loyer mensuel, l’acheter sera en plein de récupérer les documents de son patrimoine immobilier. Aussi, il risque de perdre définitivement son bien. Comme les autres types de transactions immobilières, le réméré comporte des risques et des pièges que seuls les experts de l’immobilier peuvent détecter. Voilà pourquoi, avant de se lancer dans ce type de procédure, il est préférable de faire appel à une agence immobilière ou un notaire. 

 

Comment connaître sa tranche d'imposition LMNP ?

Rédigé par Stéphanie - - Aucun commentaire

Pour devenir locataire meublé, vous serez dans l’obligation de choisir entre le régime réel simplifié ou le régime micro BIC. Afin de vous aider dans votre choix, il sera nécessaire de connaître votre tranche d’imposition LMNP. Comment faire ? La réponse dans les lignes de cet article !


Sélectionner un simulateur

Il existe de nombreuses plateformes capables de vous proposer un simulateur LMNP. En réalité, la LMNP simulation est un outil qui vous permettra de calculer et d’avoir la valeur exacte de votre tranche d’imposition en fonction du régime fiscal que vous avez sélectionné. Ainsi, dans le simulateur, vous serez appelé à insérer plusieurs données. Tout ce que vous aurez à faire ensuite est de cliquer sur le bouton « calculer » pour connaître votre tranche. Celle-ci devra apparaître sur votre petit écran à travers le résultat affiché après calcul.

Les éléments à entrer dans le simulateur

Plusieurs éléments sont à prendre en compte lors de la LMNP simulation.

La valeur actuelle du bien

Lorsque vous effectuez un investissement locatif, il est d’une importance capitale de se renseigner sur la valeur du bien. Dans d’autres cas en effet, la valeur des biens correspond à celle qui existait lorsque vous avez commencé votre activité. Si vous souhaitez que cette valeur ne soit pas contestée, il serait préférable de faire son évaluation par un expert immobilier. Nonobstant, vous pouvez également vous tourner vers un site spécialisé dans le domaine.

Les frais d’acquisition

Entrez également le simulateur, le montant des frais de notaire et les honoraires de l’agence immobilière que vous avez engagée. Toujours est-il que le bien doit avoir été acquis au cours de l'année. Dans le cas contraire, c’est la valeur 0 que vous devez entrer dans le simulateur.

Les travaux

Dans la case travaux du simulateur, vous devez entrer le montant des frais payés pour les travaux réalisés. Ce montant doit être obligatoirement supérieur à 600 €. La raison qui justifie la présence de ce montant est qu’ils permettent d’augmenter la valeur locative de votre bien. Tous les autres travaux sont considérés comme des valeurs déductibles en termes de charges.

La valeur d'achat ou valeur d'occasion

Il est également important de renseigner dans le simulateur, la valeur d’achat du mobilier que vous avez. Si vous ne disposez pas de cette valeur, vous devez entrer la valeur d’occasion.

Le montant annuel des recettes

Il est important d’insérer ce montant dans le simulateur, car il constitue les provisions et les loyers que vous avez acquis au cours de l’année. À cela s’ajoutent les recettes accessoires, telles que le remboursement de la consommation électrique des locataires.

Les autres éléments

En dehors de ces éléments, il y a également le montant annuel des charges et le montant annuel des intérêts d’emprunt que vous devez entrer. Il s’agira entre autres de mentionner les charges payées au cours de l’année, telles que les taxes foncières, les frais de comptabilité ou encore le montant des intérêts d’emprunt de votre banque. Le taux marginal d’imposition doit également figurer dans le simulateur, pour connaître votre tranche d’imposition.

Voilà donc comment procéder pour connaître votre tranche d'imposition Location Meublée Non Professionnel (LMNP).

Fil RSS des articles de cette catégorie